Fermer
06
12
2011

Kilian Jornet et ses fan, SaintéLyon 2011

La SaintéLyon 2011 que des moments forts pour Patrice, notre consultant trail ultra-trail, et pour vous tous !

Le stade Gerland, la dédicace par Kilian Jornet de son livre courir ou mourir, la pluie, la boue, les ravitos et quelques bobo. Lisez la suite !

Retrouvez les résultats de la Sainté Lyon 2011 sur u-run

La SaintéLyon …. comment dire ….

C’est un vrai concours de … circonstances pour moi !

Inscrit au départ pour être le lièvre d’une amie, je me suis vite retrouvé en sanglier « solitaire » …. à patauger dans la gadoue !

Partis de Marseille avec 4 très charmantes traileuses de Provence Ingrid, Cathy, Chris et Coco, nous sommes arrivés samedi en fin d’après midi, au Stade Gerland, Temple du foot ces dernières années. Là nous y avons rejoint « Stéph-Pumba », notre Sanglier des calanques …. abandonné par David notre coach, terrassé par une gastro au plus mauvais moment = le jour J :-(
C’est aussi pour lui, qui nous avait si bien préparé avec ses séries d’abdos, gainages, montées de genous, foulées bondissantes et autres jeux de sa spécialité ;-) que nous avons tenu à donner le meilleur de nous mêmes !

Bref, après avoir découvert le chemin d’accès à la fameuse navette entre Lyon et Saint Etienne, nous nous sommes engoufrés dans le premier car … Mes 4 traileuses, les seules féminines du car ont rapidement détendu l’atmosphère et attiré tous les regards et leurs oreilles dans de grands éclats de rire …. anti-stress ;-) (merci les filles, je ne raconterai pas vos blagues !!!! )

A Saint Etienne dans le gymnase, une vraie belle ambiance de trail nocturne avec sur écran géant, la diffusion de superbes images de trail et des stands de pros et …. un stand de bière :-P qui a attiré mon attention (je suis originaire du Nord donc … obligé de goûter la bière Lyonnaise ;-) …. pas très raisonnable ? peut être, mais tellement bon !!!

Une belle surprise également la présence de Kilian Jornet qui dédicassait son livre  »courir ou mourir« , « le journal d’un skyrunner » = une modestie, une simplicité et une disponibilité incroyables pour cet immense champion … Il a fait tellement, à à peine 24 ans, pour faire connaitre le trail et les courses de montagne dans le monde entier …. Il véhicule de belles valeurs et nous fait rêver. J’en ai pris un exemplaire pour Carine en demandant une dédicasse … spéciale « admiratrice » ;-)

Au milieu des milliers de coureurs, et coureuses, un peu moins célèbres que KIlian, des amis = Nat et ses Loriots, Yahia, Isa, Valou et de nombreuses connaissances FB Marie, Benoit, Luc, Widy, Véronique, Sébastien ……….
A l’écran, la présentation d’une grosse écurie de trail avec 4 favoris pour la Sainté et là, je reconnais Emmanuel Gault, le champion protégé de la toujours souriante Sylvaine (NB = Emmanuel terminera à la 2ème place de la Sainté) = je me mets en position pour prendre une belle photo et l’envoyer à Sylvaine et là, surprise = Sylvaine était juste derrière moi :-) Elle est partout !!! (où son champion se trouve ;-)

Bon ensuite tout s’enchaine, une platrée de pâtes vite avalée, vers 23h un départ sous une pluie fine vers la ligne de départ = encore un stade mythique pour les amateurs de foot = Geoffroy Guichard et son Chaudron :-))

On attend les 12 coups de minuit (j’ai toujours peur dans ces moments là que mes voisins et voisines se transforment en grenouilles ;-) et c’est parti pour 68 (ou 69 kms ?) et 1300 m de dénivelé sous une pluie fine et par une tempréature plutôt douce de 7-8° !!!!!! une longue chenille de lampes frontales qui s’élance en direction des Monts d’Or = après 5 kms le dénivelé pointe le nez puis …. le début des chemins boueux …. pour ceux qui connaissent les cross et bien ça ressemblait non pas à un maxi cross mais à un ultra cross avec de belles marres d’eau boueuse et des patinages à gogo = une partie de parcours épuisante mentalement surtout que cette boue et le relief s’associent pour nous laisser des souvenirs impérissables !

Comme dirait Carine, 5 ravitos jalonnent le parcours et sont autant de « motivations intermédiaires » = accueil très sympa et chaleureux = merci aux Bénévoles toujours là pour des petits mots sympas et … des boissons chaudes ;-)

Je ne sais pas si c’était un signe mais jusqu’au ravito de St Genoux tout allait plutôt bien et puis ….. grosse fringale, problèmes de digestion et …. douleur au Genou … (c’est vrai !) = de quoi m’inquiéter … mais là j’ai pensé à un article publié par u-run sur l’étirement « talon-fesse » et j’ai mis en pratique. J’ai aussi regardé le ciel, j’ai constaté que l’horizon était rose :-)), que la pluie était
terminée = j’ai donc remplacé mes chaussettes boueuses par des chaussettes sèches pour échapper aux ampoules, remplacé mes première et 2ème couches détrempées par des vêtements secs et rangé mon « coupe-vent » et là …. c’est une 2ème course qui a démarré = j’étais remis à neuf …. une descente de folie super agréable qui m’a permis de reprendre 750 places sur les 34 derniers kms … de belles sensations avec quand même à 10 kms de la ligne des crampes dès que mon cardio passait le cap des 156 puls, course, marche, course, marche … bref une fin laborieuse, et un final au radar, épuisé … (NB = les parties bitumées sont un peu nombreuses à mon goût pour un trail mais c’est une Classique à prendre telle que donc)

Ce sont en fait les silouhettes d’Ingrid, et de la dream team Marseillaise qui couraient en relais 4, qui ont réactivé mes dernières foulées ;-)

Content d’être finisher de cette SaintéLyon en 8h20 au final ! 15 jours après le marathon du Beaujolais et 2 mois après la reprise des compètes (par un 10 kms à Gonesse le 2/10) je me suis régalé !

Mes ami(e)s se sont aussi régalé entre de bons temps pour des coureuses qui découvraient la distance !

PATRICE

  • Bravo pour la perf, 2 semaines après le Beaujolais !
    Mais attention, les collines après le départ sont les « Monts du Lyonnais », bien que débutant
    en périphérie de St Etienne. Les « Monts d’Or », dont vous parlez, sont les collines situées dans le nord de l’agglomération lyonnaise.Le 29/1 il y a là-bas un 25 km route extraordinaire, une sorte de Marvejols_Mende hivernal !
    Michel Delore

Laissez un commentaire :

Votre commentaire :

RSS